top of page
  • Photo du rédacteurElisabeth Legrain

NARCISSISME ET TROUBLE NARCISSIQUE



Le narcissisme


Le narcissisme, au sens ordinaire, est un amour quasi exclusif que l’on se porte à soi-même. Au sens psychanalytique, le narcissisme est un moment de l’évolution psycho-sexuelle au cours duquel l’enfant se prend lui-même comme objet d’amour.


Dans un sens plus élargi et plus actuel, la notion de narcissisme apparait comme un amour de soi, nécessaire, positif, et qui peut être équilibré.


Cependant, il arrive fréquemment que, dès qu’on parle d’un comportement narcissique, on décrive en fait un amour de soi-même excessif, ou au contraire, une mésestime de soi, aboutissant la plupart du temps, dans les deux cas, à une défaillance dans l’amour d’autrui et à un besoin de réassurance permanente.


L’individu possédant un narcissisme correct et suffisant, se connait bien et s’aime assez pour se sentir en confiance dans les actions de sa vie, pour se sentir sécurisé dans les entreprises qu’il mène. Il connaît une bonne estime de soi lui permettant de se réaliser, et de mener à bien ses projets de vie. Il sait aimer et se sentir aimé, sans frustration ni sentiment de toute-puissance. Il peut donner et recevoir. Il est capable de vivre un deuil, une rupture, sans se désorganiser, sans s’anéantir. Il rebondit après les coups durs, se reconstruit après un vacillement. Il est sensible, mais sans excès, aux marques d’attention. Il a besoin de la reconnaissance d’autrui, mais sans dépendance.


Aux côtés de ce narcissisme bien-portant, se trouvent de nombreuses anomalies de l’amour de soi, dont tout un chacun souffre un jour ou l’autre. En effet, le développement du narcissisme, composante essentielle du psychisme, ne s’accomplit pas sans heurts.


Il existe deux catégories de pathologies narcissiques : soit l’excès d’amour de soi, avec ses composantes d’égoïsme, d’absence d’empathie, de superficialité dans les sentiments pour autrui. Soit l’insuffisance de narcissisme, issue de blessures dans l’estime de soi, de manques affectifs jamais comblés. Les deux proviennent du même manque de constance et de solidité dans la mise en place de l’amour de soi.


Description d’un trouble narcissique typique


Le trouble narcissique est le fait d’une insuffisance dans la construction de son narcissisme. Cette défaillance apporte des doutes récurrents sur sa capacité à être aimé, et un besoin constant d’être rassuré, comblé par les regards des autres. L’excès de demande d’attention et de reconnaissance, la frustration extrême voire l’impossibilité d’entendre la moindre critique, sont les grands signes des fragiles narcissiques. La critique engendre de leur part emportement, colère, rejet. Car elle les désorganise totalement. C’est le risque de chaos.


Il y aura fuite, si les critiques sont trop vives. Le narcissique ainsi va voguer de relations (amicales, amoureuses) en relations, car, au moment où ce qu’il voit de lui dans les regards des autres n’est plus positif, il fuit. Ensuite, il reconstitue un nouvel entourage, qu’il séduit dans un premier temps, puis déçoit à nouveau, entrainant une nouvelle fuite de sa part. Car il ne peut supporter de se voir en négatif dans le regard d’autrui.


Le narcissique promet d’aimer, mais ne peut aimer, ne s’aimant pas assez lui-même. Il est absent à la souffrance de son entourage, qu’il malmène, sans remords ni culpabilité, en général. Car, ayant peu d’empathie, il peut mettre de côté ses états d’âme éventuels, s’il estime son intérêt personnel ou son plaisir à lui, en jeu.


Il est préoccupé avant tout de son image, du reflet qu’il voit dans l’œil d’autrui.


« Il exige constamment que l’on s’intéresse à lui, qu’on lui renvoie une image flatteuse ».


Que sais-je ? le narcissisme, Paul Denis, 2012,  page 11

Les causes d’une faille narcissique


Chaque histoire est unique, aucune cause précise n’engendre tel ou tel effet. De multiples facteurs, de nombreuses influences sont à l’origine de ce qu’on devient un jour.


Il est possible cependant de mentionner que certains ingrédients ont une influence néfaste sur la construction psychique et conduisent à établir une faille narcissique.


Lorsqu’un des parents, par exemple, encense la plupart du temps son enfant, mais le dénigre à d’autres moments : l’enfant est alors extrêmement blessé, et n’aura de cesse de satisfaire à nouveau pleinement ce parent tout à coup mécontent. Il n’aura pas les leviers cependant, pour le faire, et sera lui-même toujours persuadé de n’être pas à la hauteur de certaines exigences.


Toute situation où l’un des parents utilise son enfant comme un objet devant satisfaire son propre narcissisme : toute éducation ayant pour but de valoriser le parent, n’aura d’autre effet que rendre l’enfant dépendant, non construit individuellement, au narcissisme immature. Il existe aussi des situations où l’enfant ressent que l’un de ses parents n’est jamais content de lui. Ou ne s’intéresse guère à lui…


La construction du narcissisme selon Freud


  • Le narcissisme primaire a été introduit par Freud assez tardivement, comme un échelon nouveau dans sa théorie du développement psycho-sexuel.

Entre l’auto-érotisme, phase où l’énergie d’investissement (libido) n’est pas encore tournée vers l’extérieur mais reste concentrée sur les différents plaisirs corporels et sensitifs du premier âge, et l’amour objectal, où l’autre apparaît comme objet d’amour possible, se situe selon Freud le stade du narcissisme primaire : L’objet d’amour investi alors n’est pas une personne extérieure, mais soi-même. La libido est déjà concentré, les pulsions partielles fusionnent en un tout, d’abord dirigé vers soi, avant, normalement, de se diriger vers une puis plusieurs personnes extérieures. En premier lieu, la personne dispensatrice des soins, bien sûr.


Freud introduit l’idée d’un conflit entre la libido du Moi, et la libido d’objet. Le Moi primaire est encore indifférencié, tout juste sorti du ça.


  • Dans un second temps, une autre phase d’investissement du Moi, dit narcissisme secondaire, va apparaître, dans la phase de la libido d’objet.


En effet, la libido investit les objets d’amour extérieurs et ensuite , retourne au Moi, enrichie des images, des représentations, des figures auxquelles elle s’est identifiée. Le Moi se renforce ainsi grâce à des objets extérieurs intériorisés. Ces introjections alimentent le Moi, lui permettant petit à petit de créer une maitrise sur l’extérieur, un mouvement entre obéir et résister, s’assouplir ou se durcir, prendre et rejeter …


La construction de l’estime de soi


Ainsi l’identité se crée par tâtonnements entre l’investissement pour l’extérieur et la réassurance intérieure, entre l’amour des autres et l’amour de soi.


L’enjeu identitaire est à la fois de s’inclure parmi les autres et de se différencier suffisamment pour se caractériser comme un être unique. Difficile équilibre entre les deux tendances. Personne ne veut «être comme tout le monde » et chacun se satisfait à décrire ses pseudo-particularités, et en même temps, personne ne supporte l’idée de l’exclusion, du « trop-différent ».


Mais toute la libido ne s’investit pas dans les objets extérieurs, même ensuite : une partie de l’énergie d’amour reste investie dans le Moi, et constituera l'estime de soi. Cette estime de soi correspond en fait à l’Idéal du Moi, construit au fil des représentations et des valeurs. Les désirs n’entrant pas en conformité avec cet Idéal sont refoulés, et ainsi le fort narcissisme de l’enfance peut se reconstituer.


Un certain nombre de personnes ont investi leur Moi de façon tellement importante, car elles ont fixé leur libido à un stade du narcissisme infantile, que leur besoin de se voir briller dans le regard des autres supplante leur capacité de s’intéresser à quelqu’un d’autre de façon « gratuite » sans en attendre un retour en investissement d’amour.


Les troubles du narcissisme


Voici les caractéristiques principales des défaillances du narcissisme :

  • Le sentiment de toute-puissance

Un excès d’estime de soi entraine une apparence de toute-puissance, de supériorité, voire d’arrogance, difficilement soutenable pour l’entourage.


Cette fatuité, ce gonflement du Moi, cette inflation autour de sa propre personne et de ses prouesses jamais suffisamment détaillées, sont les marques de reconnaissance d’un être fragile narcissiquement en recherche perpétuelle de réassurance, de preuves d’attention. Cela masque un manque de confiance en soi, des doutes sur ses compétences, sur ses capacités à être aimé et un manque de connaissance de soi, précisément.

  • La désorganisation psychique

Obnubilé par le souci de plaire, le narcissique blessé se construit souvent ce que l’on nomme un « faux-self », c’est-à-dire une apparence d’affects et de comportements destinée à se faire aimer. Toute tentative de l’extérieur venant déstabiliser ce masque sera vécue comme extrêmement angoissante. Cette angoisse vise à protéger le Moi contre de graves dangers de morcellement, de gêne extrême, de difficulté à se sentir exister …


Autrement dit, tout ce que protège le Narcisse est un Moi faible, en danger, mal structuré.

  • La dépression

Si l’individu narcissiquement fragile est blessé par des vécus humiliants, ou des situations de trahison, d’abandon, il risque de vider son Moi de tout désir d’investissement. Il peut alors entrer dans une phase dépressive contraire à l’exaltation issue de la toute-puissance.


Le Moi fragile aura des difficultés à vivre les ruptures, se sentant en grande solitude, sans le support qui le rehaussait narcissiquement.


Quel est le rapport de notre société avec le narcissisme ?


Il a été beaucoup dit que notre société valorise le narcissisme. Le culte de la performance et la dictature de l’efficacité entrainent l’individu contemporain à se montrer égoïste, et favorise un esprit de compétition inhumain et cruel. Mais la course à la perfection ne fait que renforcer les failles narcissiques. En effet, pour correspondre à une image sur-valorisée et définie par l’extérieur, il faut sacrifier son propre être et s’en éloigner. Cela aboutit à une perte de sens et une insatisfaction en profondeur. Le narcissisme est dans ce cas défini négativement, synonyme de repli sur soi et de rejet de l’autre.


Cependant, le narcissisme, dans son acception positive, est au contraire à réhabiliter, selon certains auteurs (Fabrice Midal), qui estiment que cette notion a été mal interprétée, dévoyée. Il est nécessaire, pour ne pas se perdre définitivement dans la course effrénée dans laquelle nous sommes pris, de retrouver l’amour de soi qui nous fait exister en tant qu’individu et non rouage d’une machine. Chacune doit récupérer sa faculté à penser par soi-même, à construire son individualité, à élaborer sa vie.


Qu’appelle-t-on un pervers narcissique ?


C’est un degré supérieur du trouble du surinvestissement narcissique de soi-même ; le fait de perversion signifie prendre plaisir à l’objectivation de l’autre, qui peut aller jusqu’à jouir de sa destruction. C’est un cas très particulier, dont nous ne parlons pas ici, et qui est à ne pas confondre avec le simple trouble narcissique.


Comment réparer un narcissisme blessé ?


"Connais-toi toi même"


Apprendre à se connaitre, appréhender ses propres rythmes, se réapproprier son histoire, trouver ses vraies sources de satisfaction, revenir à soi permettent de réparer un moi qui n’a pas construit un narcissisme équilibré.


La cure analytique permet de restaurer un narcissisme qui a subi une dégradation. Soit en raison d’un traumatisme actuel, soit sous l’effet de rejets et blessures répétées, dans l’enfance. Une désorganisation psychique s’ensuit, qui demande réparation, dans une thérapie, dont c’est le premier effet : reprendre une estime de soi suffisante, pour continuer le chemin.


La dégradation du narcissisme, est une forme très grave d’atteinte psychique qui peut entrainer des effets pathologiques importants. La dépression, les addictions, peuvent être des symptômes de cette dévastation, et sont à prendre très au sérieux.


Lectures :


Sigmund Freud : Pour introduire le narcissisme.

Paul Denis : le narcissisme, que sais-je ? PUF

Fabrice Midal: Sauvez votre peau, devenez narcissiques.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LA RÉALITÉ PSYCHIQUE

Nous pouvons tenter de définir la réalité psychique, à partir des trois modes que sont le réel, l’imaginaire et le symbolique, reprenant ainsi l’approche de Lacan. Quand il y a une souplesse d’échange

LE SILENCE ET LA PAROLE

La psychanalyse est appelée "cure par la parole". La parole émerge, portant l’actualisation du sujet dans son histoire. Le dénouage des fixations névrotiques passe par l’existence de l’être dans sa p

Le psycho-traumatisme

Le psycho-traumatisme est un ensemble de sauvegarde d'ordre psychologique, neurobiologique et physiologique qui peuvent ...

Comments


Pour recevoir les nouveaux articles,
INSCRIVEZ-VOUS à la liste de diffusion

bottom of page